• siurba resultat
  • sijardin-01 resultat
  • sicouleurs-02 resultat
  • sidevantures-01 resultat
  • sicouleurs-01 resultat
  • sidetail-02 resultat
  • sidetail-03 resultat
  • sijardin-02 resultat
  • sidetail-01 resultat
  • sipetit pat resultat
  • siindustriel resultat
  • sipaysages-01 resultat
  • siarchi resultat
  • sivernaculaire resultat
  • sipaysages-04 resultat
18
juin
2019

EXPOSITION _ Alban LECUYER _ Le signe et la peau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plein de mérites, mais en poète, 

l’homme habite sur cette terre. 

En bleu adorable, Friedrich Hölderlin 

 

En modifiant le paysage, les politiques d’aménagement du territoire redéfinissent notre rapport à l’espace vécu. Ce qui est à l’œuvre, c’est un dépaysement involontaire, une invention lointaine et sibylline de nos géographies domestiques. 

Réalisé dans le périmètre d’intervention du CAUE 37, Le signe et la peau explore la dimension transcendantale qui préside à la conformation d’un territoire, à la recherche de l’esprit des lieux et des manifestations tacites de sa présence dans le paysage. En convoquant les figures qui hantent l’imaginaire de la projection architecturale, ce récit allégorique interroge les mimétismes mystérieux qui relient l’individu à la forme de son habitat.

Le signe, c’est la carte et l’échelle, un motif, un ésotérisme. C’est une esthétique de la transparence et du calque, de la distance au réel – une incantation. 

La peau, c’est la texture humaine qui peuple les maquettes virtuelles des architectes et des urbanistes. C’est l’éventualité d’une occupation des lieux, une empreinte – une incarnation. 

Ce ne sont donc plus les icônes byzantines, une Marylin Monroe décharnée ou les héros du réalisme socialiste qui témoignent de l’identité d’une époque, mais des stéréotypes hors-sol, des « grouillots numériques » vendus cinq dollars pièce par des banques d’images européennes ou nord-américaines. Ainsi recadrés et portraitisés, ces personnages promis à l’anonymat portent ici les charges affectives, mythologiques ou intuitives d’une nature ritualisée, amorçant l’idée d’une colonisation des corps par leur environnement. 

 

ALBAN LÉCUYER 

Alban Lécuyer est un photographe français membre du collectif Pi.nk (Paris). Il mène depuis 2010 un projet photographique consacré aux différentes formes de disparition de la ville : restructuration urbaine, effacement symbolique, tentatives d’urbicide en temps de guerre ou de négation de la mémoire collective des lieux.

Dans sa première monographie, Ici prochainement : Sarajevo (éd. Intervalles, Paris, 2017), il dresse un portrait politique de la capitale bosnienne vingt ans après la fin de la guerre, illustrant les réminiscences du conflit à travers le prisme de l’architecture et du rapport que les habitants entretiennent avec leur territoire.

Son travail a notamment été exposé à la Bibliothèque nationale de France (Paris, 2018), à l’Institut français de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine, 2016), aux festivals PhotoPhnomPenh (Cambodge, 2015), MAP (Toulouse, 2014) et GetxoPhoto (Espagne, 2013), au Salon de Montrouge (2013), au Bal (Paris, 2011), aux Journées photographiques de Bienne (Suisse, 2011), au festival Circulation(s) (Paris, 2011), etc.

Le signe et la peau a été réalisé dans le cadre d’une résidence artistique au Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement d’Indre-et-Loire, en collaboration avec le laboratoire InTRu de l’Université de Tours. À partir des actions menées par les architectes et les paysagistes du CAUE 37 et de l’ADAC 37, Alban Lécuyer développe une recherche autour de la notion d’esprit des lieux, interrogeant la part d’intuition et de spiritualité qui conditionne l’inscription d’une population dans son espace vécu.

 

EXPOSITION PHOTO _ du 25 juin au 2 juillet 2019 _ Prieuré Saint-Cosme, Demeure de Ronsard, La Riche (37)

 

 

 

 

Suivez les actualités du CAUE 37

Nos coups d'humeur